Permutations de conjoints tchèques, à Prague.

Permutations de conjoints tchèques, à Prague.

La langue tchèque, du groupe slave de l'ouest, est difficile et compliquée, on va reposer sur les sous-titrages en anglais. L'essentiel de la grammaire est slave, et nombre de mots grammaticaux sont proches du russe, mais moins du vingtième du restant du vocabulaire est commun (par exemple zouby, les dents), aussi les dialogues sont incompréhensibles à l'oreille.

Ce n'est pas pour rien que Prague et Budapest sont devenues des capitales de l'industrie pornographique, et je vais rendre compte ici d'une initiative créative, assez ancienne : organiser des permutations de conjoints pour une semaine, avec prêt de caméras à chaque nouveau couple temporaire, et mission de filmer un maximum. De plus, les couples participants sont rémunérés. Une proportion étonnante de ces participants ont ensuite fait carrière dans l'industrie pornographique ; on peut donc soupçonner que ce programme d'échanges à filmer était une ruse efficace pour recruter des acteurs porno, doués.

Les familles d’origine, belle-familles et familles élargies brillent par leur absence ; ces couples sont seuls au monde dans la jungle urbaine, sans attaches sûres autour d’eux. Ils font des figures libres, toutes sans filet. Sauf Patrik, tous font des petits boulots, manuels.

Dans tous les cas dont la vidéo soit encore disponible, sauf un, c'est l'épouse (ou quasi-épouse, partenaire alors stable) qui a changé de lieu, et a pu avoir la surprise d'une résidence plus luxueuse, ou au contraire plus pauvre. Or en pays slave, la division sexuée du travail était restée plus marquée qu'en France à la même date : l'homme part travailler pour gagner l'argent du ménage, et presque tous ont continué leurs horaires de travail. Sur une semaine (le plus souvent cinq jours, voire moins), les adaptations ont aussi été ménagères et cuisinières. Du point de vue relationnel, il y a de la matière à examiner : certaines disputes n'ont certainement pas été pré-arrangées par un scénariste. Encore que, l'examen d'autres vidéos démontre des contradictions. L'agence, ou du moins son organisatrice, leur a fait la surprise du choix du couple qui serait échangé - ou est-ce tout du semblant ? Les résultats ont été contrastés, sans compter tous les cas où rien de public n'en est sorti, et dont nous ignorons tout. Certaines réunions de conclusion sont dramatiques, voire avec bagarres, peut-être ruptures.

 Depuis la rédaction initiale, j'ai trouvé deux sites où les vidéos complètes existent, ce qui rend caduques bien de mes affirmations :

https://swingerpornfun.com/category/czech-wifeswap/ mais sans commentaires donnant les prénoms.

https://czechwifeswap.com/ vidéos davantage coupées.

1. Ivanka, Milena, Pepa, Honza

Dans ce cas atypique, les deux femmes sont assez âgées, cinquantenaires, se connaissaient bien, avaient chacune depuis peu un jeune partenaire, et ont décidé d'organiser cet échange pour une semaine de vacances sur un lieu de villégiature avec forêt, lac et pédalos ; l'agence se contentait donc de fournir les caméras. Chaque nouveau couple savait où étaient logés les deux autres vacanciers. Noms donnés à la présentation : Ivanka, Milena, Pepa, Honza. Des deux femmes, Ivanka était la plus mince, au visage le plus ridé, la mieux conservée physiquement. Dès la première sortie en forêt, elle s'est montrée fort active sexuellement avec son nouveau Honza, et la plus voluptueuse par la suite ; toutefois, à la conclusion, elle a été fort choquée de découvrir que l'autre couple temporaire avait lui aussi été sexuellement actif. Quant à Pepa, il a choqué Milena par son addiction à la bière, dont elle a payé l'approvisionnement. Une participante, Milena est restée ensuite à tourner (peu) dans le porno, sous le nom de Helena May.

Vidéo complète :

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-10-old-wife-swaps-her-boy-toy-for-a-new-one/

 

2 Vita, Stépanka, Veronika, Danny

Un échange où tout se passe bien jusqu'au bout : Vita, Stépanka, Veronika, Danny, deux jeunes couples.
Originaire de Moravie, Veronika est de beaucoup la plus belle, la plus rayonnante, et la plus recherchée dans sa lingerie qui la met bien en valeur, un port superbe. Elle fera carrière dans le X sous le nom de Alice Nice. Danny est grand et sans finesses, visage plutôt bestial.
Stepanka est assez grande, Vita assez menu mais très vif, athlétique et disert. Stepanka est un peu trop grasse de cuisses et de jambes à mon goût, mais sa fureur de baiser, voire deux fois en anal, plaît manifestement aux commentateurs ; elle est fort "enrichie" en tatouages. L'échange met donc les plus grands et les plus bruts ensemble et les moins grands et plus raffinés ensemble pour une semaine. Les deux couples sont logés assez petitement. On comprend la motivation de "Alice Nice" pour se loger plus confortablement grâce au X. Toutefois aucune vidéo ultérieure n'aura jamais le charme de cette première, comme si par la suite elle avait perdu sa personnalité, en soumission au marché.
Dès le départ, Veronika ne fait pas mystère qu'elle est là pour les jeux de l'amour ; aucun des quatre du reste n'en fait mystère.
Danny et Stépanka feront donc une première baise en plein air, derrière le parking du supermarché.
Temps chaud, à transpirer, Veronika et Vita commencent leurs jeux érotiques sous la douche, chacun sûr de son charme, corps fins où il n'y a rien à jeter. Une femme peut lire si facilement dans la tête d'un jeune homme nu. Là Vita ne brille pas par la technicité : Veronika fait tout le travail en fellation, et voilà elle est prête à s'embrocher sur le virelot de l'homme couché. En revanche Vita fera le soir un beau doigté, et s'en tiendra là. Le lendemain quand il rentre du travail, Veronika lui demandera un cunnilingus, qu'il enchaînera en doigté puis en levrette pour la fin de la préparation du repas. La suite à la fenêtre puis sur divers sièges, puis sur le lit.
Au moment de rempaqueter les bagages de Veronika, Vita envisage de la revoir, en cachette des deux autres membres des deux couples. Rempaquetant elle aussi, Stépanka trouve que la semaine a passé vite. Dans l'ordre chronologique, chaque femme rentre chez elle, puis les quatre partenaires se rendent à l'agence.
En conclusion les quatre personnages sont enchantés de l'expérience, et prêts à la recommencer, voire en partie à quatre.
Ils sont très jeunes, petitement logés, et n'ont pas d'enfants. Or dès le premier bébé, les choses deviennent bien plus compliquées.

Vidéo complète :

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-9-young-married-couple-try-wife-swap-for-the-very-first-time/ 

 

3 La maison des horreurs : Pavel, Izabela, Zuzana, Karel.

Sarah Kay, Britanny Bardot, et George Uhl sont ensuite demeurés dans l'industrie porno. A la présentation ils s'annoncent comme Pavel (27 ans), Izabela (25 ans), Zuzana (38 ans) et Karel (47 ans). Tous motivés par la rémunération. 3 ans et 12 ans de relation conjugale, disent-ils. Le couple le plus âgé est visiblement dans une situation financière difficile : il est chômeur et vit d'aides sociales, ils ont acquis une maison quasi-donnée, mais qui exige de nombreux travaux, toiture et fenêtres. Zuzana se montre déprimée et se cache beaucoup dans son grand châle. Spectaculaires sont la déception et la répulsion d'Izabela devant l'état de la grande maison. Pavel a une voiture, et conduit Zuzana à l'aller comme au retour. Zuzana se sert de son grand châle comme couche pour baiser dès la première sortie en forêt avec son jeune nouveau compagnon. Elle prend chaque jour plus de confiance en elle. Les retrouvailles à la fin de la semaine sont remplies de griefs, dramatiques.
Deux autres montages présenteront seulement les vues de Karel et d'Izabela, de Pavel et Zuzana.
Toutefois le scénario d'âges est contredit par cette autre vidéo, avec la même Britanny Bardot, où elle dit avoir 34 ans. Or les tatouages correspondent... Un autre trait biographique correspond : trois jeunes enfants, mais loin, en Irlande laisse-t-elle penser.
Ce qui laisse à soupçonner. Karel se dit avoir l'âge d'être le père d'Izabela, mais fera encore une riche carrière dans le X, à moins qu'il ne l'ait déjà amplement faite avant, et que les rôles de couple de Karel et de Zuzana soient entièrement factices et simulés. J’ignore si la goujaterie de Karel envers Zuzana est réelle, ou fait partie d’une mise en scène,

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-12-cheating-adds-spice-to-life-watch-entire-drama/

 

4. Michal, Veronika, Krystina, Pepa.

R3GO - 103 - E. Euro GF EXchange - pt.1

Les deux couples sont formés depuis une dizaine d’années. Le couple pragois présenté comme Michal et Veronika ne feront aucune autre prestation ultérieure. En revanche la resplendissante Krystina (28 ans) et Pepa (26 ans) continueront une riche carrière dans le X, respectivement sous les pseudonymes de Vinna Reed (variantes : Vienna Reed, Shanie Ryan, Krystal Kaitlin) et Nick Gill ou dageeman83.

Veronika, 29 ans, coiffeuse, présente leur couple comme en crise, ou au moins en contradiction, et se plaint d'être en manque de sexe. Elle va se rattraper avec ardeur. Sur le plan domestique, elle multipliera les revendications féministes pour justifier sa paresse, paresse qui est constamment pénible à chacun.
Krystina précise que le fruit défendu est toujours le meilleur. Arrivée sur place pour un séjour de cinq jours, elle trouve que l'appartement est petit, et au retour se plaindra d'avoir trouvé un "burda" : trop de saleté, pas de nettoyage du sol ni de la cuisinière. En attendant, Krystina présente un solide bon sens, et de la curiosité sur les motivations de l’autre couple ; de son côté, ce sont des vacances conjugales, pas plus, pas moins.

Krystina ne va pas tarder à savoir à quel point Michal est en manque, et lui fait bon accueil.
Même excellente ménagère, Krystina va conserver son rythme de deux baises par jour, contente que son compagnon provisoire tienne le même rythme que son compagnon habituel, et avec la même habileté.

Je ne m’explique pas comment dans un appartement dont le titulaire Pepa est encore absent, Veronika est constamment suivie par une camera, et même déjà de l’extérieur, à son arrivée devant l’immeuble, sinon que c’est Pepa qui filme la mise en scène. Il conduisait sa voiture à l’aller. Pas d’images de l’autre couple sur la route, qui sont probablement eux aussi en voiture,

Aux retrouvailles, Veronika fera une grande scène à son compagnon qu'elle trouve bien trop flegmatique, puis furieuse quittera la salle. Un personnage rempli de contradictions. Une vidéo qui lui est consacrée lors de cet échange. Qui dit féminisme dans nos pays surenveloppés dit déni d’autrui, et un couple est en souffrance si au moins l’un des deux endure le déni par l’autre.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-4-alls-well-that-does-not-ends-well-watch-entire-drama/

Kristina-Vinna_Reed se manifestera dans une orgie comme en entraînement vers une carrière de star du X, toujours avec plusieurs partenaires simultanément :

https://swingerpornfun.com/2019/11/14/czech-home-orgy-10-lets-get-drunk-and-fuck-everybody/

 

5. ..., Claudia (?), Veronika, Radek

R3GO - 117 - E. Euro GF EXchange - pt.1

A gauche sur le divan d’accueil en L : un couple non nommé, que je vais coder H1, 30 ans et F1, tous deux serveurs en restaurant ; elle avoue avoir un problème d'accord, de dispute latente (ils ne dorment plus guère ensemble, et ne se seraient jamais vraiment entendus), et tous deux une problématique de jalousie. Contre toute attente, c'est elle qui va ultérieurement faire une carrière dans le X sous les noms de Claudia Mac, ou Claudia Macc, ou Maek Claudia, ou Martina. Le couple semble avoir une enfant, dont on verra l'espace de jeux, mais absente de la semaine. Ils habitaient alors Mladá Boleslav, ville des usines Škoda, 51 km au nord de Prague, en Tchéquie. Aller et retour, les quatre voyages se font dans les voitures des messieurs.

A droite un couple praguois. Veronika, blonde très décolorée, fine et musclée, visage très mobile et mutin, 24 ans, ongles roses, sauf l'annulaire gauche qui dans cet épisode a un vernis blanc, tatouages sur le ventre. On peut la revoir sur d'autres vidéos, telles qu'une partie à quatre en plein air, mais toujours sans pseudonyme de scène. Elle est coiffeuse et serveuse de bar. Radek, son homme (depuis quinze ans dit le sous-titre ? Alors elle aurait eu 9 ans au début de la relation ? Il y a deux mensonges dans l'air, ou un sous-titrage défectueux) est très grand par rapport à elle, et bellement musclé, tatouages sur les épaules et le bras, 30 ans ; il a depuis fait une carrière dans le X sous le pseudonyme de Damian Dickey. Autres vidéos aussi à nouveau avec Claudia Macc.
En vrai ou pas, le troisième soir Radek-"Damian Dickey" devra apprivoiser par une mise en scène romantique, avec fleurs, chandelles et bon vin, pour que "Claudia Macc" laisse échapper de vraies confidences, devienne câline et sexuellement active, puis très active les jours suivants. Il est fréquent que les femmes aient besoin de davantage d'heures de sommeil que les hommes du même âge, et cet homme là, athlétique, ne s'en rendait pas compte. D'où désaccord sur le programme de plein air du dernier jour avec lever à quatre heures pour aller pêcher en étang et voir un château qui ne l'intéresse pas. Dispute dans la voiture de retour, ils parlent en même temps.
De l'autre côté, Veronika ne cache pas qu'elle est érotiquement avide, impatiente d'hommages de son nouvel homme (Honza ?), mais conclura le dernier jour que son mari est quand même le meilleur. Elle le reconquerra sans peine, toute charme et tendresse, et calme.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-4-alls-well-that-does-not-ends-well-watch-entire-drama/

Sous couleur d'orgie, Veronika et (Honza ?) se retrouvent pour une longue baise passionnée :

https://swingerpornfun.com/2019/11/14/czech-home-orgy-10-lets-get-drunk-and-fuck-everybody/

Ils ne baisent qu'ensemble.

 

 

6. Foxy, Pavel, Alex, Philip.

R3GO - 101 - E. Euro GF EXchange - pt.1


L'organisatrice a placé à gauche du divan en angle, le couple le plus problématique, le plus grevé de problèmes relationnels.
De gauche à droite, Foxy, Pavel, Alex et Philip. Alex et Philip ont deux ans de vie commune, et sont pleins de curiosité, Foxy et Pavel 5 ans, ils vivent à Vary. Les deux couples avouent avoir besoin de la rémunération ; Pavel déclare qu'il voudrait obtenir que Foxy trouvera que c'est bien lui qui est le meilleur des hommes. Menue, Foxy a la particularité que ses tatouages recouvrent les deux bras, et encore bien des parties de son corps, elle est une artiste indépendante. Elle figurera dans d'autres vidéos avec d'autres partenaires. La brune Alex fera carrière dans le X sous le nom d'Alex Black. Sa poitrine impressionnante en impressionne plus d'un, et elle est sûre de son effet. Elle est aussi experte en "branlette espagnole". Elle a apporté son godemichet préféré, pour rassurer son mari. Une vue couchée sur le lit révèle qu'elle a des cicatrices sous les seins, autrement dit : ceux-ci sont artificialisés, gonflés au silicone. Ultérieurement, une de ses spécialités sera de draguer de jeunes couples pour les convier à des parties à quatre, rémunérées, 10 000 à 15 000 couronnes.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-5-the-devil-in-my-wife-watch-the-entire-drama/

 Alex Black se manifestera dans une orgie comme en entraînement vers une carrière de star du X, systématiquement avec plusieurs partenaires simultanément :

https://swingerpornfun.com/2019/11/14/czech-home-orgy-10-lets-get-drunk-and-fuck-everybody/

 

7. Patrik, Karla, Martin, Klara.

Hélas la seule vidéo où Klara (40 ans) se plaint que dans une cuisine aussi coûteuse (grande et luxueuse maison de Patrik), il n'y ait aucun couteau qui coupe, excepté un couteau à pain capable au plus de beurrer une tartine, est sous-titrée en turc, dont le sous-titre turc recouvre les sous-titres anglais. Dommage si vous n'êtes pas turcophone.
Extrait du début, extrait de la fin. Extraits turco-sous-titrés.
Ultérieurement, la brune Karla (35 ans alors) a fait carrière dans le X sous le nom de Caroline Ardolino. Elle apparaît aussi dans une vidéo où elle se dit plus jeune (27 ans), où elle figure une lesbienne pour une partie à quatre en plein air.
Semblant plus âgée de visage, la blonde Klara a fait carrière sous le nom de Lilly Peterson. Elle est aussi filmée une fois sous le pseudonyme erroné de "Belle Claire", pour une partie à quatre en plein air, rémunérée, et où elle est plus mince. Et encore dans cette vidéo où elle se dit avoir 34 ans - et est arnaquée.
Elle est fort douée pour prendre la vie du bon côté ; excellente compétence relationnelle. Dans une autre vidéo, on la voit faire une liaison brève au moment du marché de Noël de Prague, avec un compagnon plus jeune, mince et grand, toujours avec joie de vivre. Dans cette autre, elle se dit divorcée avec deux enfants, 35 ans. Cicatrice de césarienne, et me semble-t-il cicatrices de siliconage des seins. Les dates sont toutes inconnues, mais il y a des discordances certaines entre les différents dires de ces dames.

Karla se plaint des horaires de travail trop prenants de son mari (voire d'une maîtresse ? Le sous-titrage n'est pas toujours clair. Mais la vidéo complète lève cette ambiguïté : Patrik n'est pas un mari adultère, mais un vrai travailleur suroccupé), mais elle ne se plaint pas du train de la maison, belle et luxueuse, avec cheminée. Par ailleurs il est visiblement plus enveloppé, tandis qu'elle demeure mince et belle. A chaque instant de nervosité, elle tire une cigarette, qu'elle n'allume pas toujours. Ultérieurement, elle confiera à son confident temporaire qu'elle aurait voulu plus d'assiduité de son mari pour lui faire un enfant. Colette a décrit comment sa "Claudine", même saoule, ne perd pas le nord pour conquérir le mâle qui lui plaît. Quelque peu saoulée, Karla tiendra à exhiber de beaux sous-vêtements rouges, "juste pour voir si elle les a bien choisis", et sa démarche est chaloupée et déhanchée par l'alcool ; l'effet ne se fait pas attendre, sous forme d'une superbe érection de Martin... Pour se désinhiber complètement, Karla redemande du vin.
Toutefois jusqu'à la fin de la semaine, Karla demeurera oscillante et tiraillée entre l'instinct sexuel bien éveillé, et un devoir de fidélité conjugale qui la frustre et la brime.

De son côté, Klara est bien décidée à tirer le maximum de plaisir de l'échange, pour le plus grand plaisir de Patrik (et au début son désarroi). Ils feront bon usage de la fourrure devant la cheminée.
Mais au retour de la semaine d'échange, Patrik sera outré que Karla ait pris au moins autant de plaisir de son côté (avec un compagnon plus jeune et mieux monté), et partira violemment. Rupture temporaire ou définitive ? Le montage du final m'interroge : une cigarette apparaît puis disparaît dans la main de Karla ; a minima, des minutes ont été coupées au montage.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-3-a-tale-of-the-perfect-wives-watch-the-whole-drama/

 

8. Petr, Jana, Lucka, Martin.

Deux couples opposés font l'échange. Jana est plutôt frigide, à côté d'un mari (Petr) qui la voudrait bien plus active. Lucka est une vraie nymphomane, que son mari ne parvient à suivre, et on va voir que Petr aussi se trouvera épuisé, testicules vidés. L'échange a lieu à la demande de qui ? De Jana ? En tout cas c'est ce que dira Petr lors de l'orageuse réunion conclusive. Or elle le délaisse ouvertement.
Lucka fait une carrière X sous les noms de Lucy Angel et Luci Angel ; aurait-elle pu faire autre chose dans la vie ? Sans nom de scène apparent, Jana est ailleurs "victime" d'un guet-apens dans un van, de fort mauvais goût.
Extrait de vidéo de Lucka et Petr.
Extraits de début, milieu, et fin de l'échange.

Une assez belle soirée pour Jana et Martin : https://xhamster.com/videos/czech-wife-swap-always-wet-nympho-milf-8731797
Jana a bien un orgasme complet, mais avec un godemiché actionné par Martin. Pas de coït pour cette fois.

L'observateur est pessimiste : ces couples sont fort mal construits. Lucka est de première force pour la baise, mais ne sait rien faire d'autre. Elle dépend à 100 % d'autres personnes qui assureront la matérielle. En mari slave, Martin travaille et rapporte l'argent du ménage, il attend en retour des tâches ménagères à la maison, notamment faire à manger, de la part de son épouse, qui le méprise et l'exploite. Il est clair que l'avenir de Lucka est dans la prostitution de luxe : elle devient pornstar.
Belle mais inhibée et agressive, Jana est une infirme de l'expression de soi, et se venge par le sarcasme. Elle a internalisé des persécuteurs de sa famille d'origine, et se présente comme une énigme compliquée, insoluble pour chacun de ces deux hommes, surtout pour Petr. Or Petr n'est ni finesse ni écoute, et il en faudrait. Lui aussi est un incompétent relationnel, faute de modèles compétents dans sa famille d'origine. Jana a hérité d'une tradition matriarque autoritaire et misandre, et en subit les contradictions autant qu'elle les impose : Qu'importe combien j'y perds, pourvu que lui y perde davantage ! Ah mince ! Moi aussi je suis perdante !

L'interprétation ci-dessus est discutable. Une alternative est que Jana n'a pas eu besoin d'être claire ni efficace dans ses désirs sexuels, vu que Petr assumait tout à lui seul.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-7-first-wife-swap-for-a-mature-couple-watch-full-video/

 

9. Lukas, Krystina, Kata, et Honza.

Jennifer Amton est le nom de scène de Krystina dans l'industrie du X. C'est elle qui a demandé l'échange. Du coup, elle passe d'une grande maison avec terrain, qu’ils n’occupent que depuis six semaines et qui demande bien des réfections – mais Lukas est un travailleur courageux, s’il n’est pas beau gosse - à un appartement d'une seule pièce.

Le montage ne donne guère de place aux motivations du couple Kata et Honza ; elle dit qu’elle veut voir comment fonctionnent les autres ménages.
Sur un des sites, extraits de début, suite, milieu, suite et fin aigre de l'échange. Autres extraits autour de Krystina :
https://www.xnxx.com/video-sxfq5e5/echange_de_femme_tcheque_-_sperme_sur_les_seins
https://www.xnxx.com/video-rhk03b4/echange_de_femme_tcheque_2
Autour de Kata :
https://xhamster.com/videos/czech-amateurs-115-turkish-subtitle-14170047
https://xhamster.com/videos/blonde-slut-13560658

https://xhamster.com/videos/cum-covered-swapped-wife-11250111

Les deux couples alternativement, surtout Krystina :

https://xhamster.com/videos/czech-wife-swap-busty-unfaithful-wife-gets-dick-to-mouth-7376633
Chacun a bien du mal à gérer l'adultère qu'il a organisé.
Les érections de Lukas sont capricieuses bien qu'il soit réellement amoureux, et ce manque d'endurance est accueilli sans indulgence par Kata, qui joue double jeu dans ses propres contradictions. La technique amoureuse de Kata est rudimentaire, bien peu coopérative. Lui non plus n'est guère averti.
Le couple Krystina-Lukas est dans l'impasse, et clairement condamné. Beaucoup d'amendements sont nécessaires à la belle Kata, clairement incapable d'une vie sentimentale épanouie ; la cigarette ne remplacera jamais.

 Vidéo complète : 

https://swingerpornfun.com/2019/04/07/czech-wifeswap-2-sex-lies-infidelity-and-a-reckoning-watch-the-drama/

 

10. Conclusion.

Lors des disputes finales, le grief "Tu ne l'as quand même pas ensemencée ?" revient avec une fréquence significative, et de la part de personnes, mâle ou femelle, qui ne sont pas privés eux-mêmes. Hé oui, faire l'amour, s'accoupler, c'est d'abord pour se reproduire, cela n'a pas changé depuis au moins trois cent quinze millions d'années (a minima depuis nos ancêtres amniotes). Que le plaisir sexuel ait de plus un rôle relationnel fondateur, c'est en plus chez les primates supérieurs, surtout chez nous où l'élevage des petits est un si long et lourd investissement. Il est remarquable que les couples qui se sont engagés dans ces échanges sont presque tous stériles : seules Zuzana et Klara ont déjà eu respectivement trois et deux enfants dans une vie antérieure, Claudia semble avoir une enfant. N'en déduisez pas que l'arrivée du premier bébé suffise à faire de vous des baiseurs stables et heureux ! Il est remarquable que deux thérapeutes systémiques milanaises, Mara Selvini-Palazzoli et Giuliana Prata, confrontées à des familles étendues assez rigides, et blessées dans leur orgueil par la schizophrénie d'un enfant qu'on ne peut plus cacher à personne, se sont résolues à donner une première prescription uniforme aux couples reproducteurs, jusqu’au rendez-vous suivant : une fois par mois, faites défaut à vos enfants sans les prévenir, juste en leur laissant un mot écrit, et consacrez une soirée entière rien qu'à vous deux, ailleurs que chez vous. Description évidemment des précautions : préparer assez aux enfants pour qu'ils achèvent seuls de préparer les repas, les prendre, débarrasser, déblayer leurs autres obligations et se coucher. Et selon les résultats, on avisera à raffiner les prescriptions suivantes. En premier lieu vient le besoin de refonder le couple reproducteur, lui permettre d'ériger ses propres frontières contre l'invasion des enfants, et l'invasion des générations précédentes, et lui permettre de diagnostiquer qu'épuisés par le travail et les enfants, voire par les injonctions des familles d'origine, ils ne savent plus bien avoir quelque chose à se dire. Reconnaître qui est l'autre, se faire reconnaître en tant que personne réelle et distincte, avec des besoins distincts.

Cette collection d'échanges conjugaux d'une semaine ont mis en évidence des incompétences relationnelles handicapantes, mais n'ont laissé aux participants aucun moyen de diagnostiquer ni de remédier. Bien au contraire, ces commerciaux qui flagornent leur public font haro sur le "loser" (Lukas et Patrik).

En commerce, les bases de la déontologie manquent à jamais. Or il est impossible de mener une famille à bien sans de solides bases éthiques, quand bien même elles resteraient inexprimées :

2/5. Le Grand Livre des loyautés dues, entre générations et prochains.

 

Code de déontologie familiale.

 

Epilogue :

Des vidéos d'orgies, czech-home-orgy nous font revoir plusieurs des participants à ces échanges d'une semaine.

https://swingerpornfun.com/2019/11/14/czech-home-orgy-10-lets-get-drunk-and-fuck-everybody/

Revoici Kristina-Vinna_Reed qui se manifeste comme en entraînement vers une carrière de star du X, toujours avec plusieurs partenaires simultanément.

Revoici Alex Black se manifestant comme en entraînement vers une carrière de star du X, toujours avec plusieurs partenaires simultanément.

Revoici Veronika et (Honza ?) qui se retrouvent pour une longue baise passionnée.

 

https://swingerpornfun.com/2019/11/14/czech-home-orgy-11-meet-the-thirstiest-people-in-town/

Malgré leur dispute d'autrefois, de retour d'échange, Radek et Claudia-Martina sont désormais amants passionnés, elle est modelée par le désir, très en beauté.

Revoilà Jennifer Amton avec son compagnon d'échange, Honza (devenu Mara).

Revoilà Foxy avec Philip.

La différence des sexes, par Jean Gabard

La différence des sexes : un sujet qui crée de graves malentendus entre les hommes et les femmes et donc de graves problèmes dans la famille, dans l’éducation des enfants …


La différence des sexes


Après les demandes de parité des femmes apparaissent les revendications des hommes pour une justice moins sexiste : ceux-ci sont en effet de plus en plus nombreux à contester les décisions prises après un divorce, pour la garde des enfants. Le récent suicide d’un père privé de son fils vient relancer le débat, et ce sont cette fois, les hommes qui réclament la résidence alternée au nom de l’égalité homme-femme. Ainsi, les femmes d’un côté et les hommes de l’autre se mobilisent-ils pour la défense de l’égalité et pour faire reconnaître les discriminations dont ils se disent, les uns et les autres, victimes. Pourtant les hommes et les femmes recherchant cette égalité-indifférenciation de sexe, ne seraient-ils pas à la fois responsables et victimes d’une idéologie égalitariste utopiste qui nie la différence des sexes ?
Par facilité, les mâles au pouvoir ont préféré pendant des millénaires inférioriser la gent féminine qui les troublait et les féministes ont eu raison de réagir contre une construction sociale sexiste. Aujourd’hui, alors que cette infériorisation apparaît inadmissible, il semble que, toujours par facilité, la différence ne soit pas davantage acceptée. En effet, pour ne pas risquer de la juger supérieure ou inférieure, celle-ci est gommée. Parce qu’elle avait entraîné des discriminations inacceptables, il semble qu’on préfère aujourd’hui ne pas avoir à la gérer. Celle-ci est réduite au « genre », c’est à dire à la seule conséquence d’une construction sociale sexiste qui peut et doit être évitée. Il est fait abstraction de la structuration du psychisme, indépendante de la culture, qui est différente chez la petite fille et chez le petit garçon. Cette différence de structuration du psychisme proviendrait du vécu du petit enfant avant la naissance et dans les jours qui la suivent et repo

Tout d’abord, est-il possible d’envisager qu’il n’y ait pas de différence des sexes ? En effet, s’il n’y avait pas « quelque chose » au départ, comment l’humain mâle, aussi habile et assoiffé de domination soit-il, pourrait-il maintenir une construction sociale totalement artificielle ? Comment aurait-il pu en user et en abuser aussi facilement et à plus forte raison le faire encore aujourd’hui, alors que les femmes ont une place tellement importante dans l’éducation des enfants ?

Ensuite, pourquoi ne pas étudier si l’hypothèse de la différence de structuration peut s’avérer opératoire ? Ce rapport à cette « toute-puissance fantasmatique de la femme » peut-il permettre d’éclairer de multiples situations différentes ? En analysant ainsi l’humain dans sa façon de s’habiller, dans ses relations amoureuses, dans ses rapports au pouvoir, à la violence, à la loi, à l’éducation etc… il en ressort qu’à chaque fois la même logique semble pouvoir s’appliquer... Peut-être, celle-ci s’applique-t-elle uniquement dans les cas choisis ? Peut-être pourrait-on trouver d’autres exemples où l’autre hypothèse se vérifierait tout autant ? Mais si dix, vingt situations étudiées peuvent être expliquées avec le même postulat, ce dernier ne gagne-t-il pas alors en crédibilité ?

Admettre une différence des sexes amène à faire des distinctions entre les pères et les mères. Cette opposition dans les fonctions peut effectivement faire penser aux rôles donnés aux hommes et aux femmes par l’idéologie de la société patriarcale traditionnelle autoritaire et machiste. C’est ainsi que de nombreux travaux de psychanalystes (Freud, Lacan, Françoise Dolto, Bernard This, Joël Clerget, Jean-Pierre Durif-Varembont, Jacques Arènes, Simone et Moussa Nabati, Aldo Naouri…) traitant de la place du père, apparaissent aujourd’hui pour certains dépassés et même réactionnaires. Pourtant le refus d’une fonction différente du père que certains veulent confondre avec le rôle sexiste et tyrannique du « père fouettard » n’est-il pas en grande partie responsable de l’effacement des pères, regretté aussi bien par les hommes que par les femmes ?
L’homme, en effet, se limitant de plus en plus à un rôle maternant, devient souvent aux yeux de l’enfant, le simple auxiliaire d’une maman qui, par ses liens avec l’enfant (neuf mois de gestation…), sa nature (les hormones…), a plus de facilité dans ce domaine. Celle qui, au nom d’une égalité-identité ne voit plus la nécessité de faire appel à l’homme pour être le garant de la loi, ne lui permet pas d’être vraiment écouté par l’enfant qui reste dans la fusion avec la maman perçue « toute puissante ». Il ne faut pas s’étonner alors si celle-ci peut être tentée d’écarter celui qui devient gênant s’il n’est pas assez performant. Ainsi, non seulement il a peu de chance d’être « inter-dicteur » et donc éducateur, mais il risque, devenant inconsistant, d’être évincé et de ne même plus pouvoir jouer le rôle affectif de papa. 
Cette égalité ne satisfait pas les hommes qui ne se retrouvent pas dans le nouveau rôle qu’ils se donnent ou dans lequel les mamans veulent bien les cantonner. Elle ne donne pas davantage satisfaction aux femmes qui sont les premières à se plaindre qu’il n’y a plus d’hommes assez solides avec lesquels se confronter et sur lesquels aussi s’appuyer. Les conflits qui s’en suivent entraînent les drames que l’on connaît pour les adultes. Plus grave encore, ils privent les enfants d’une véritable éducation et fait d’eux très souvent, des enfants en manque de père et de re/pères, des enfants qui ayant mal intégré la loi, risquent d’avoir des difficultés à vivre en société à apprendre à l’école etc…
La lutte légitime pour l’égalité en droits ne devrait pas être confondue avec la recherche d’une société sans différence hommes-femmes. Alors que l’on veut refuser toute construction sociale, l’égalitarisme ambiant ne nous amène-t-il pas à un nouveau sexisme ? Ainsi, comme certains le proposent, ne cherche-t-on pas, pour aller à l’unité de sexe à guérir « l’homme malade » pour en faire un « homme nouveau » ? Ne risque-t-on pas, alors, comme ceux qui recherchaient l’unité de race (les hitlériens) ou l’unité de classe (les staliniens) de verser dans l’utopie totalitaire et la confusion ? Nous n’en sommes pas là, mais avec l’idéalisation de l’humain androgyne ne sommes nous pas déjà un peu dans l’indifférence… ?

Jean GABARD auteur de « Le féminisme et ses dérives, Du mâle dominant au père contesté »,
Les Editions de Paris, mai 2006. 

(Avec autorisation de diffuser et de critiquer)

Pour plus de renseignements sur le livre et sur les conférences sur « la place des pères pour dire les limites aux enfants » :
Site et blog : http://www.jeangabard.com

Code de déontologie familiale.

Code de déontologie,

pacte de non-prolifération de la haine entre associations parentales, et professions oeuvrant autour de la famille.

Projet provisoire, pour discussions.

Préambule

L'expérience courante nous démontre que nombre d'organisations agissant dans le domaine de la famille et des relations familiales, ont pris l'habitude de cultiver, voire encourager la haine. Il s'agit souvent d'attiser la haine sexiste envers l'autre genre sexué. Il peut s'agir de cas plus marginaux comme de saisir les occasions de haine raciste, de haine ethnique, de haines de classes, de haines culturelles, de haines sexistes, de haines individuelles, chasse aux boucs émissaires, etc. Au pire, il s'agit de criminalité organisée, avec accusations calomnieuses, soudoiement de faux témoins, afin d'obtenir des incarcérations et des suicides, pour s'emparer des biens et/ou des enfants des victimes. Sous couleur d'individualisme triomphant et de modernité triomphante, il s'agit bien pour eux d'organiser la guerre civile du peuple français contre lui-même.

Il a paru nécessaire aux fondateurs de ce pacte, de convenir au dessus de ces sombres mêlées, d'un code de déontologie, à respecter pour quiconque traite de familles. A fortiori pour les associations parentales, les avocats et les magistrats traitant d'affaires familiales, les médiateurs familiaux. Or nous avons eu l'occasion de constater qu'autour des tribunaux, à l'occasion des conflits conjugaux (plus ou moins artificiels et attisés de l'extérieur), se constituent nombre de dossiers frauduleux, contenant force attestations mensongères de complaisance, des dénonciations calomnieuses, des faux en écriture, et qu'en l'état d'engorgement et d'impuissance de l'administration judiciaire, ces fraudes obtiennent la garantie de leur impunité, sont même fréquemment récompensées. Cette délinquance organisée nous semble le contraire même d'un exemple à donner à des enfants.

Ce pacte multilatéral de déontologie familiale place au premier plan la loyauté : loyauté dans le couple, loyautés dans les deux sens entre les générations. En effet, vu la lenteur de la maturation de l'individu dans l'espèce humaine, le seul instinct sexuel, et le seul attrait sexuel sont impuissants à fonder un couple dans la durée, ni à lui fournir les raisons de rechange pour son évolution au cours de la maturation. Seules les loyautés donnent un socle et un cadre pour les négociations et la créativité en famille. Si c'est le sexe qui fonde les grossesses - et exclusivement le sexe hétérosexuel, du reste - seules les loyautés fondent les familles, et donnent aux individus la sécurité dont ils ont besoin pour leur évolution mentale au rythme requis par leur évolution biologique inexorable. Seules les loyautés fondent un nous de couple, un nous de fratrie, un nous de famille, et préparent à des solidarités plus larges de l'âge adulte puis de la maturité ; et si nous sommes la seule espèce de primates qui en ait les moyens neurologiques développés à ce point, c'est que nous en avons un besoin exceptionnel.

Vu cette même durée de la maturation affective et intellectuelle d'un enfant, jusqu'à devenir à son tour un adulte épanoui et fécond, il serait criminel de ne se reposer que sur les seuls comportements instinctifs de maternage et de protection des bébés, que nous partageons avec tous les autres mammifères. Dans l'espèce humaine, la parentalité est encore plus exigeante que chez les autres espèces, et demande un encadrement et un apprentissage, dans la solidarité et la loyauté : des loyautés verticales entre générations, des loyautés horizontales dans les fratries, et entre parents, entre adultes. Dans l'espèce humaine, non seulement il faut tout un village pour élever un enfant, mais encore plus pour élever des parents, et toute une province pour élever des grands-parents.

 

La méthodologie et les boussoles qui indiquent le Sud.

En affaires familiales, nous sommes tous simultanément juges et parties, et le statut épistémologique de nos affirmations - des vôtres aussi - est toujours délicat. Plus que tout autre, le domaine des affaires familiales est le royaume des auto-théories combattantes, et du terrorisme intellectuel ; on n'échappe à la complaisance envers sa propre auto-théorie qu'avec beaucoup de modestie et de discipline d'ouverture. L'impossibilité pratique des enquêtes psychosociologiques neutres sur de vastes cohortes de la population - durées incompatibles avec la gestion de carrière d'un chercheur, volatilisation des échantillons, absence d'accord sur les principes nosographiques et conceptuels, trous monumentaux dans les nosographies psychiatriques admises, présence dominante d'acteurs ayant intérêt au négationnisme (à commencer par l'industrie pharmaceutique, qui fait fortune avec les antidépresseurs, et qui contrôle nombre de carrières de chercheurs), et enfin budgets introuvables - oblige le chercheur à se limiter à étudier des histoires individuelles et familiales, qu'il documente au mieux. Tel est le quotidien du psychothérapeute qui travaille avec les familles. Notre épreuve de réalité principale est de vérifier quelles sont les actions thérapeutiques qui réussissent, et cela impose d'analyser les échecs sans complaisance. A l'échelle nationale, l'analyse des échecs démontre que la France est un pays tragiquement retardataire dans le domaine de la thérapie familiale, et que l'un des puissants agents retardant est bien l'église freudienne, dont l'hégémonie sur la France impose leur culte de la passivité, de l'irresponsabilité et de l'amphigouri à beaucoup d'étudiants en psychologie. Ce culte  est incompatible avec les besoins du développement de l'enfant en temps réel.

On peut discourir à l'infini du concept d'aliénation, et l'article de l'Encyclopédia Universalis qui lui est consacré en est un exemple dissuasif, mais il suffit d'observer la violence des réactions dans certaines familles contre celui de leurs membres qui cherche à se désaliéner et à se décoloniser, qui se désincarcère du rôle d'utilité qui lui était assigné par les autres, pour percevoir la violence instituée par les aliénateurs, par des familles perverses, ou par des sectes (liste non exhaustive). Leurs réactions, leurs dénégations, sont pour le chercheur une boussole qui indique le Sud. Plus on lui oppose la violence d'un "Circulez ! Il n'y a rien à voir !", plus les intimidations et les insultes pleuvent, et plus le chercheur comprend que c'est bien là qu'il y a de l'inavouable à tirer au clair, plus il est confirmé qu'il est bien sur les lieux du crime, avec les acteurs du crime, où la structure des intimidations et des dénis est un guide en négatif. Il y a comme cela de certaines familles où l'amour maternel insoupçonnable fait coalition avec son gendre pour mieux abattre sa fille, la priver de tous contacts avec ses enfants ; et variante : coalition avec sa bru pour abattre et dépouiller son fils, le priver de tous contacts avec ses enfants et petits-enfants. Mais "Circulez hein ! Il n'y a rien à voir !"

Il y a comme cela des familles, voire des professions, où c'est la fourberie qui est la seule règle du jeu. C'est bien pourquoi nous vous proposons le présent pacte multilatéral :

Pacte

Le présent pacte engage les associations, professionnels et individuels signataires, à respecter et faire respecter chez eux et dans leur rayon d'action la déontologie suivante :

1 . S'interdire tout dénigrement de l'autre, toute attaque personnelle ou générique quelle qu'elle soit, toute colonisation et tout parasitage. 

Exemple d'horreur : "Oh ! Tu as l'air bête !" contre son fils qui vient d'exprimer une opinion différente de celle de la mère.
Tout dénigrement, volontaire ou involontaire, doit être corrigé dès sa détection, et si possible avant d'être exprimé. Vous pouvez par exemple : prendre la peine de reformuler en termes acceptables, et/ou analyser vos frustrations ainsi révélées et mettre en place des stratégies relationnelles acceptables pour réduire ou gérer ces frustrations, et/ou rechercher et corriger des structures de pensée - généralement héritées de votre famille d'origine - qui ont conduit au comportement de dénigrement. On vous encourage aussi  à la recherche de modes de pensée plus créatifs et plus empathiques qui permettent de gérer les mêmes problèmes sans recourir au dénigrement.

Assumer ses obligations pédagogiques et servir d'exemple à ce sujet. S'obliger à provisionner le compte émotionnel de la relation. Ceci ne vous interdit aucune critique de comportements que vous estimez blâmables, mais vous oblige à indiquer clairement ce que vous voulez, vous, ce qui vous semble les voies d'amendement, et à faciliter ces amendements que vous prétendez souhaitables. Cela en des termes assez précis et délimités pour permettre une discussion et une négociation efficaces.

Sont encouragés les aveux d'embarras, de gêne, de frustration, ou d'incompréhension : "Je + verbe de ressenti". "Je ressens", et non pas "Tu es...". Vous devez oser le "Je" pour encourager d'autres "je" à exister et coopérer. Même si autrefois, c'est vous qui n'aviez pas droit au "je". 

Exemple en entreprise, facile à transposer : La nouvelle dactylo a trouvé un petit ami, elle est amoureuse, et il lui arrive d'être en retard le matin. Fin de la journée de travail, elle apporte au directeur les courriers terminés, à signer avant envoi. Le directeur relit attentivement, corrige les quelques fautes d'un stylo précis, signe et contemple la dernière page : " Hé bien votre orthographe, votre ponctuation sont pratiquement sans fautes à présent, et la mise en page s'est beaucoup améliorée." Il la regarde bien en face :"Vous allez devenir une secrétaire parfaite, surtout si vous redevenez exacte !".

2 . Il est également interdit de contourner l'interdiction précédente, en déléguant les basses oeuvres, l'usage de la violence, les campagnes d'insultes et de calomnies, à des voyous protégés, a fortiori à ses propres enfants. Il est interdit de s'abriter derrière des prétextes comme la liberté d'expression, ou des allégations comme « Oh, mais ce sont des pogroms parfaitement spontanés ! Juste les couches saines de la Nation qui s'expriment ! »

3 . La négation de l'individualité de ses proches est un meurtre lent. Obligation de reconnaître l'individualité de l'autre, ne se permettre aucune négation de l'identité de l'autre, aucune confusion générique avec quiconque d'autre. Chacun est chacun, précieux et irremplaçable a priori ; aucun n'est "Vous êtes tous les mêmes ! Vous m'emmerdez tous ! ..."

Complication : la plupart des sectes, ainsi que d'autres propagandes de guerres civiles permanentes, fondées sur le déni des autres, poussent au crime. En ce 21e siècle, la propagande de misandrisme victimaire, étalée dans tous les media aux ordres, est fondée sur le déni d'autrui, tant que cet autrui est mâle, accessoirement si cette autrui est hétérosexuelle, donc quelque peu traitresse au misandrisme victimaire obligatoire. Une autre propagande hégémonique exige votre croyance en quelque "réchauffement climatique anthropique et catastrophique", ainsi qu'en une mythique "acidification des océans". C'est innocent ? Alain Lipietz traite tous les incroyants de "criminels", et Nathalie Kosziusko-Morizet traite les incroyants de "connards". On peut remonter aux règnes de Benito Mussolini, d'Adolph Hitler et de Staline, pour avoir une idée de la propagande mensongère localement courante contre ceux qui sont désignés comme ennemis à abattre. Les règnes ont changé depuis, les méthodes et la malhonnêteté n'ont pas changé dans notre quotidien. Si vous refusez de dénier votre prochain, quelles qu'en soient les modalités que des propagandes vous dictent, vous êtes déjà un résistant, voire un "original"...

 

 

4 . S'interdire toute attaque contre les liens de filiation. Maintenir et préserver les liens de filiation filiaux, maternels et paternels, grand-parentaux. On conserve le droit d'estimer qu'un ascendant est individuellement défaillant, mais cette estimation vous met dans l'obligation de tout faire pour sa réhabilitation. Il est criminel et interdit d'inférioriser ou d'éliminer aussi bien ascendants que descendants.

5 . Avant même d'autoriser l'autre à critiquer vos comportements, commencer par l'autoriser à parler, voire l'aider à conquérir ce droit à la parole... Lui donner les moyens d'exposer intégralement ses plaintes et ses griefs, ses demandes. Voire l'aider à rendre sa plainte opérationnelle, aboutissant à une négociation créative où chacun gagne. Les conduites de dénégation et de bafouement des besoins fondamentaux de l'autre, a fortiori de vos enfants, doivent vous conduire chez le psychothérapeute, et à un plan et un échéancier de résipiscence. La crise d'opposition et de négativisme des adolescents est certes éprouvante, mais c'est votre devoir d'adultes que de vous y préparer, de lui faire toute sa place et son cadre, de vous former à y être personnellement incassable.

6 . Les signataires du présent pacte s'interdisent toute forme de racket narcissique. L'autre n'est pas sur Terre pour vous combler de compliments, vous répéter que vous êtes le plus beau, le plus fort, le plus omniscient, etc. Si vous ressentez le besoin d'asservir vos proches en un « Club des fans », alors allez en parler avec un psychothérapeute, tel est votre engagement en signant ce pacte de déontologie. Vous avez le droit d'avoir reçu et de porter des blessures narcissiques, mais le devoir de les guérir.

7 . S'interdire la position conflictuelle de principe, dite Gagnant-Perdant en Analyse Transactionnelle, ou « Pile je gagne, face tu perds ». S'interdire les jeux à somme nulle, ou à somme négative, rechercher toujours avec les autres les jeux à somme positive, dits Gagnant-Gagnant.

(Explication de vocabulaire :

Jeu à somme nulle : Je ne peux gagner que ce que je te fais perdre.

Jeu à somme positive : Coopérons pour que chacun gagne plus.

Jeu à somme négative : Qu'importe que j'y perde, pourvu que tu y perdes bien davantage !)

8 . Avoir le courage d'aborder ceux avec qui on n'est pas d'accord, ou avec qui traînait un vieux contentieux et de leur demander quoi faire chacun pour éliminer le conflit, redevenir chacun gagnant-gagnant. S'astreindre à la discipline d'exposer fidèlement le point de vue de l'autre, qui est prié de faire l'exercice réciproque.

9 . Chercher d'abord à comprendre, et seulement ensuite à être compris : c'est vous qui êtes les adultes, en principe.

10 . Accueillir sans restrictions les contrôleurs chargés de surveiller que vous respectez bien le présent pacte, et d'instruire les plaintes concernant les manquements au pacte. S'engager à amender les défauts qu'ils auront pointés. L'Organisation du pacte de non-prolifération de la haine s'engage à publier les bonnes et les mauvaises notes, ainsi que les demandes d'évolution du présent pacte.

Résumé en deux phrases :

En fondant une famille, vous contractez une obligation de santé mentale. Tel est votre devoir envers les vôtres et envers vous-même.

 

Les limites tragiques de toute déontologie.

Pas plus qu'aucun psychothérapeute, aucune déontologie n'est toute-puissante. Toutes ont un rayon d'action limité individuellement à ceux qui ont encore soi un peu de Surmoi et encore un peu d'empathie, d'image d'autrui, et collectivement aux organisations qui doivent encore prendre soin d'avoir l'air d'être d'une moralité correcte.
Il est des psychotiques pervers, ou d'autres variétés de pervers, que nul ne peut plus toucher. Il est des combinaisons sociales perverses que seule la force de la loi pourrait faire reculer, si toutefois la loi était forte, voire saine, et elle ne l'est pas toujours.
L'omerta en famille avait fait l'objet d'un gag de Jean-Loup Dabadie et Guy Bedos :
Je lui avais pourtant bien précisé, à ma mère : Je veux pas épouser Paulette !
Elle m'a répondu : On parle pas à table ! 

On a ri à l'époque, mais vous faites quoi, quand vous êtes sous le coup de la loi « On parle pas à table, ni au bureau, ni au lit, ni ailleurs, ni de quoi que ce soit ! » ? 
Vous faites quoi, quand vous êtes sous le coup de « Et puis d'abord, ton témoignage est invalide, car tu y étais, donc tu n'es pas objectif ! » ?
Vous faites quoi, quand vous êtes sous les menaces d'une mafia ?
Vous faites quoi, quand les comploteurs traitent tout témoin gênant de « adepte de la théorie du complot » ?

L'argument déontologique n'a de valeur que pour les gens pas très malades, dans des groupes et organisations pas très malades. Ça peut quand même mettre en porte-à-faux devant le public certains des pervers qui doivent faire semblant, du moins en public. Et encore, à condition que ces pervers et organisation perverses n'aient pas le monopole de la diffusion vers le public. On ne détaillera pas ici les marionnettistes qui tirent les ficelles de cette guerre civile contre le peuple français, c'est un autre article.

 

Vous pouvez discuter de cet article sur le forum : http://debats.aristeides.info/index.php?option=com_fireboard&Itemid=26&func=view&id=30&catid=27

Signataires :